7 mai 2018

Plat’Inn s’équipe d’une technologie unique en France

 

Le 24 avril dernier, Kathy Bru, Mickaël Beaulieu et Yannick Ménard, ingénieurs-chercheurs au BRGM, présentaient à leurs pairs – dont l’équipe d’Extra&Co en visite aux plateformes Orléanaises du dispositif – une nouvelle technologie permettant de traiter les ressources minérales primaires et secondaires : l’électro-fragmentation.

Un nouvel appareil a récemment complété le panel d’équipements permettant de traiter et valoriser la matière, disponible sur la plateforme Plat’Inn du BRGM et d’Extra&Co. Il s’agit d’un appareil d’électro-fragmentation, encore appelé fragmentation par hautes puissances pulsées, commercialisé par l’équipementier suisse Selfrag AG.
Cette technologie innovante consiste à délivrer des décharges électriques de haute tension (100 à 200 kV) dans un matériau immergé dans l’eau afin de générer des fissures, voire des fractures, aux interfaces entre les constituants du matériau présentant des contrastes dans leurs propriétés électriques et acoustiques. Cette technologie permet ainsi de libérer les phases minérales d’intérêt tout en diminuant l’énergie de broyage et la production de fines.

Le BRGM est à l’heure actuelle le seul organisme en France disposant de ce matériel, qui permet de faire des essais en batch sur des échantillons pouvant aller jusqu’à quelques kgs. Selfrag AG dispose également de machines permettant de traiter la matière en continu à l’échelle pilote et industrielle.

La technologie d’électro-fragmentation a montré des résultats probants dans le cadre de projets de recherche, en particulier pour le recyclage des bétons fibrés à ultra-haute performance, dans le traitement de certains minerais, ainsi que dans le domaine de la mine urbaine. Cette technologie de rupture offre ainsi des perspectives de développements prometteuses dans de nombreux domaines du traitement et de la valorisation des ressources primaires et des déchets.

Pour aller plus loin :
http://www.selfrag.com/
http://www.brgm.fr/actualites/economie-circulaire-nouveau-defi-geosciences